"Cherchez à comprendre le dernier mot de ce que disent dans leurs chefs-d’œuvre les grands artistes, les maîtres sérieux, il y aura Dieu là-dedans"

Vincent VAN GOGH. Lettre à Théo, juillet 1880. T. I, p. 198.



   "Nous devrions nous rappeler toujours que sensibilité et émotion constituent le contenu réel de toute œuvre d'art"
Maurice Ravel, interview de 1928 avec David Ewen, Etude, publié en 1982


"La musique consiste à nous élever le plus haut possible au-dessus de ce qui est." Gabriel Fauré


"Qui connaîtra le secret de la composition musicale ? Le bruit de la mer, la courbe d'un horizon, le vent dans les feuilles déposent en nous de multiples impressions. Et tout d'un coup, sans qu'on y consente le moins du monde, l'un de ces souvenirs se répand hors de nous et s'exprime en langage musical. Il porte en lui-même son Harmonie. Quelque effort que l'on fasse, on n'en pourra trouver de plus juste, ni de plus musical." Claude Debussy, interview dans Excelsior du 11 février 1911


"Je veux chanter mon paysage intérieur avec la candeur naïve de l'enfance." Claude Debussy, ibidem

“Seuls, les musiciens ont le privilège de capter toute la poésie de la nuit et du jour, de la terre et du ciel, d’en reconstituer l’atmosphère et d’en rythmer l’immense palpitation.” Claude Debussy, S.I.M. Concerts Colonne, 1 novembre1913


"La musique commence là où la parole est impuissante à exprimer ; elle est écrite pour l’inexprimable. Je voudrais qu’elle eût l’air de sortir de l’ombre et que, par instants, elle y rentrât, que toujours elle fût discrète personne. La musique est une mathématique mystérieuse dont les éléments participent de l’infini. Elle est responsable du jeu des courbes que décrivent les brises changeantes ; rien n’est plus musical qu’un coucher de soleil. Pour celui qui sait regarder avec émotion, c’est la plus belle leçon de développement écrite dans ce livre pas assez fréquenté par les musiciens, je veux dire : la Nature... Ils regardent dans les livres, à travers les maîtres, remuant pieusement cette vielle poussière sonore; c'est bien, mais l'art est peut-être plus loin" Claude Debussy M.Croche, p.171, Musica, mai 1903.



Ladepeche.fr juin 2018   Interview du philosophe Luc Ferry

Pour un philosophe, la musique est-elle une forme de langage ?

   La musique, c'est une «romance sans paroles» disait Mendelssohn, qui reprenait là une idée développée par Emmanuel Kant, le plus grand philosophe allemand. La musique est le seul langage qui soit universel. Elle parle à tous, par delà les frontières géographiques et sociales, sans mots et même sans images. Quand on écoute un prélude de Chopin ou un Choral de Bach, c'est comme s'il nous racontait une histoire. Il y a un début, un développement, une fin, des sentiments, des émotions, et même des idées, mais rien de visible comme dans la peinture. C'est cela qui rend la musique si mystérieuse et singulière parmi les arts.

La musique tient-elle une place importante dans votre vie ?

   Importante est faible. C'est vital pour moi, je ne pourrais pas m'en passer. Jamais en travaillant car je ne comprends pas qu'on puisse écrire en écoutant de la musique, sauf si elle est insignifiante. La musique, quand elle est vraiment belle, vous envahit, elle ne laisse pas place pour autre chose.

Y a-t-il des compositeurs qui vous touchent particulièrement ? Aimez-vous aussi la chanson, le jazz ?

   Je ne suis pas un fan de jazz. Je n'arrive pas à le considérer autrement que comme une musique de fond, d'ambiance. Je reconnais volontiers qu'une chanson peut être très belle, touchante, comme «L'Aigle noir» de Barbara ou «Ne me quitte pas» de Brel. Mais, pour belle qu'elle soit parfois, la musique dite «populaire» n'est jamais au niveau des grandes œuvres savantes. On peut écouter mille fois tout au long de sa vie le deuxième mouvement de la Septième symphonie de Beethoven, la première Ballade de Chopin, les grands concertos romantiques, les suites pour violoncelle de Bach ou le deuxième mouvement du Concerto en sol de Ravel. En revanche, les tubes de l'été n'ont qu'un temps. Ceux qui parviennent à durer sont ceux qui se rapprochent le plus de la musique classique.